L'athlétisme

 


  Sport universel, l'athlétisme permet de mettre en valeur des qualités de vitesse, d'endurance, de détente ou de force. C'est l'un des sports olympiques les plus médiatisés. Il est aussi à l'origine d'une activité de loisirs parmi les plus répandues : le jogging.

C'est en Égypte, en Asie, en Afrique centrale puis en Crète ( un bas-relief retrouvé à Cnossos en témoigne ) et en Irlande que l'athlétisme prend ses sources. Son histoire se confond toutefois essentiellement avec celle des jeux Olympiques. Si la notion de record ne prend forme qu'au XVIIe siècle en Angleterre, la performance qu'établit Chionis de Sparte lors des Jeux de 656 av. J.-C. est considérée comme le record le plus ancien : 7,05 m en saut en longueur. Au XIIe siècle, des jeux Athlétiques se déroulent à Londres ; au XIVe siècle, les jeux de Cérès, près d'Édimbourg, passionnent les Écossais.

Berceau de la plupart des sports, l'Angleterre est aussi celui de l'athlétisme moderne. En 1740, Thomas Carlisle couvre 17,300 km dans l'heure. Les courses se déroulent le plus souvent sur route, contre la montre. La première piste est construite en 1850. Auparavant, en 1837, le collège de Rugby organise la première compétition annuelle de course à pied : la crick-run.

L'athlétisme s'implante ensuite dans les universités américaines et au Canada. En France, des clubs d'aviron, de gymnastique et de football existent depuis peu. Les initiatives des lycéens de Condorcet et de Saint-Louis prenant pour modèles les collèges britanniques sont encouragées par des personnalités aussi éminentes que Jean Richepin, Marcellin Berthelot, Pierre de Coubertin ou Georges de Saint-Clair. Le Racing-Club de France est fondé en 1882 par les élèves de Condorcet. L'année suivante, ceux du lycée Saint-Louis créent le Stade français. Ces deux grands clubs vont permettre à l'athlétisme de se développer rapidement. Organisés en 1888, les premiers championnats de France constituent un tremplin officiel, mais l'athlétisme ne prend son véritable essor qu'en 1896 année des jeux Olympiques d'Athènes, les premiers de l'ère moderne.

 Cinq courses : 100 m, 400 m, 800 m, 1 500 m, 100 m haies (et non 110), et six concours : hauteur, longueur, perche, triple saut, poids, disque, sont disputés sur le stade rénové d'Athènes. En hommage à Phidippidès (le soldat de la plaine de Marathon), et sur une suggestion du linguiste français Michel Bréal, une course est ajoutée au programme olympique : le marathon, couru sur les 42,195 km qui séparent la localité d'Athènes du stade. Spiridon Louys, un berger grec de vingt et un ans, vainqueur de l'épreuve en 2 h 55 mn 45 s, devient ainsi le premier héros de l'athlétisme moderne.

 Sources : Webencyclo

 


Voyons, quelle sont les pathologies les plus souvent rencontrées en athlétisme.

Les accidents musculaires. ( voir )

Les fractures de fatigue. ( voir ) 

La périostite tibiale antérieure. ( voir )

L'anémie du marathonien.

 

L'anémie du marathonien.

Plus précisément de la marathonienne ???

 

Définition d'une anémie.

 

 

Le fer, au niveau de l'organisme.

 

L'anémie physiologique du marathonien.

 

Chez le "marathonien", il est souvent observée une anémie, ou plus précisément une "pseudo anémie", qui a deux origines.

  • Chez le sportif en endurance, de bon niveau, il existe une hémodilution. C'est à dire une augmentation du volume plasmatique, ce qui peut faire "croire à une anémie". En effet les globules rouges paraissent "plus dilués". 
  • De plus, chez le coureurs à pieds ou le nageur de longue distance, il existe une hémolyse chronique intra-vasculaire. C'est à dire que les globules rouges, pour une infime partie sont détruits au niveau de la plante des pieds, par choc direct entre la plante du pied et le sol. ( pour le nageur par choc direct entre la paume des mains et l'eau )

 

 Cette pseudo anémie n'a pas de répercussion sur la performance sportive, et se corrigera d'elle même, si le sportif sait se ménager des temps de récupération suffisants.

 

La véritable anémie du marathonien

 Si une carence martiale ( en fer ), se surajoute à ces situations, l'anémie pourra devenir réelle et retentir sur la performance sportive.

Quelles sont les circonstances d'une carence martiale:

  • Par insuffisance d'apport: régimes hypocaloriques ou déséquilibrés.
      Les aliments riches en fer sont :
      • Foie de buf, abats
      • Huîtres
      • Légumes secs
      • Jaune d'uf 
  • Par diminution de l'absorption intestinale 
    • Accélération du transit chez certain sportif.
  • Par augmentation des pertes. 
    • Sudorales, exercice, ambiances chaudes.
    • Urinaires, 20% des marathoniens ont, après la course, une hématurie microscopique, de cause discutée.
    • Digestives, notamment chez le marathonien.

  

Que faut-il faire ? 

  • Une surveillance régulière des groupes à risque par un dosage de la ferritine :
    • Coureur de fond
    • Femme
    • Cycliste
  •  En cas de déficit en fer, il faudra prendre un traitement à base de comprimés de fer, pendant deux mois.
  • Encore mieux, une prévention, qui reposera sur la diététique :
    • Aliments riches en fer
    • Apports caloriques et protéiques suffisants
    • Eviter les excès de café et de thé
    • Eviter les abus d'aspirine et d'AINS.
  • Il faut éviter une supplémentation systématique en fer ( par comprimés ) :
    • Risque de surcharge et d'accumulation au niveau de certains organes, comme le foie.
    • Aucun effet dopant

 

 

Retour

Sommaire

Les mini-cours